Boxe: Million dollar babies

Elles s’appellent Aouatif, Oumayma, Douaa et elles enfilent les gants envers et contre tous. Elles, ce sont les boxeuses de l’équipe nationale. Du talent, de la hargne, de l’envie, mais peu de moyens. Plongée dans l’univers transpirant de jeunes pugilistes qui prennent des coups mais ne lâchent rien.

Par

L’équipe entonne l’hymne national. Crédit: Jeanne Fourneau/ TelQuel

Pour savoir qui souffre, regarde qui fait de la boxe”, lance, songeur, Mounir Barbouchi, directeur technique de la Fédération royale marocaine de boxe (FRMB). Dans la salle de Hay Salam de Salé, mardi 25 juin, les boxeuses de l’équipe nationale s’apprêtent à affronter les pugilistes françaises. Objectif : préparer les Jeux Africains, prévus fin août à Rabat. L’équipe est gonflée à bloc. En mai dernier, elle a décroché cinq médailles d’or au Tournoi international de Libreville, au Gabon. “Elles sont en recherche de confrontation, d’affrontement et ont besoin de se dépasser. Les boxeuses cherchent à réussir et ce sport est un outil pour s’imposer dans la société”, explique Barbouchi.

“Un combat de boxe, c’est comme un 100 mètres”

Les coups résonnent dans le grand gymnase de Hay Salam. Les rounds s’enchaînent et…

article suivant

Trois questions à Nizar Baraka sur la sortie de crise