Samy Naceri: “Tant que je peux mourir sur scène, je ne prendrai jamais de pause”

Samy Naceri: “Tant que je peux mourir sur scène, je ne prendrai jamais de pause”

Marina Golova

Smyet bak ?

Coco.

Smyet mok ?

Denise.

Nimirou d’l passeport ?

15CZ243226.

Les interrogatoires ne vous font pas peur ?

Il fut un temps où j’étais habitué aux interrogatoires de police. Avant, j’étais invité, tandis que maintenant, je suis évité.

De tous les personnages que vous avez incarnés, vous êtes éternellement, aux yeux du public, Daniel Morales, le taximan marseillais héros de la saga française ‘Taxi’, produite par Luc Besson. Comment vivez-vous cela?

C’est quelque chose d’assez gratifiant. La saga Taxi a dépassé les générations, un peu comme La Grande vadrouille et tous ces films français devenus au fil du temps mythiques en Europe et dans le monde entier. Nous avions fait le premier Taxi en 1994/1995.

Une vingtaine d’années plus tard, des enfants français et européens, âgés de sept ou huit ans, me reconnaissent, connaissent mes répliques par cœur et me demandent des autographes. Ça marche toujours et dénote de la qualité du travail dans ce grand projet.

Ce public, justement,...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

A l'approche des législatives de 2021, le RNI lorgne sur le portefeuille de la Santé

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.