L'exil d'une princesse émiratie à l'origine d'une brouille entre Abu Dhabi et Londres?

L'exil d'une princesse émiratie à l'origine d'une brouille entre Abu Dhabi et Londres?

Disant “craindre pour sa vie”, la princesse Haya Bint al-Hussein, épouse de l'émir Mohammed ben Bachir Al Maktoum de Dubaï et demi-soeur du roi Abdallah II de Jordanie, est en exil en Europe. Une procédure judiciaire aurait été engagée sur fond de brouille diplomatique.

Par

Après quinze années de mariage, la Princesse Haya a demandé l'asile et entame les procédures de divorce. Crédit: AFP

L’histoire a tout de l’un de ces polars dont on affectionne la lecture lors d’une après-midi d’été. La quatrième de couverture est toute trouvée : une princesse jordanienne, demi-soeur du roi Abdallah II, qui trouve refuge quelque part en Occident, accompagnée de ses enfants, afin d’échapper à son émir de mari, dont elle est la sixième épouse. En toile de fond, les prémices d’une querelle diplomatique concernant la pétromonarchie la plus influente du moment, à quelques mois de l’organisation d’un événement censé la faire rayonner mondialement : l’exposition universelle Dubaï 2020.

Aussi rocambolesque soit-elle, l’histoire n’a rien d’une fiction. Elle a même déjà été baptisée “affaire Haya” par la presse du Royaume-Uni et d’Allemagne, pays dans lesquels on soupçonne la tête couronnée de demander l’asile. Elle, c’est Haya Bint al-Hussein, fille du défunt monarque jordanien Hussein, décédé en 1999, et de la reine Alia Al-Hussein, morte en 1977. Âgée de 45 ans et demi-soeur du roi Abdallah II, elle aurait fui Dubaï pour l’Allemagne d’après le tabloïd anglais The Sun.

Dans ses bagages, ses deux enfants de 7 et 11 ans, Zayed et Al-Jalila, la coquette somme de 40 millions de dollars et une demande de divorce – effectuée en Allemagne d’après The Sun – laissée sur la table de son mari, l’émir de Dubaï Mohammed ben Rachid Al Maktoum, âgé de 69 ans. De quoi faire sortir ce dernier de ses gonds, d’autant plus que l’émir s’est heurté au refus des autorités allemandes de renvoyer à Dubaï son épouse. Une situation qui a créé  des tensions entre Abu Dhabi et Berlin.

Exil et fuite en Allemagne, ou refuge doré anglais ?

Personne ne sait avec exactitude où se trouve la princesse. Selon la presse britannique, celle-ci vit cloîtrée à Kensington Palace Gardens, célèbre avenue prisée des hautes fortunes londoniennes et où sa famille possède une maison. Une retraite contrainte, “par peur d’être assassinée ou ramenée de force à Dubaï”, relate la BBC. Le Sun rapporte de son côté que la princesse aurait d’abord rejoint la capitale britannique avant de rallier l’Allemagne au motif “qu’elle ne faisait pas confiance aux autorités britanniques”.

Les raisons de la dispute conjugale sont tout aussi floues. “Les Émirats arabes unis sont une société à dominante masculine et l’époux de la princesse Haya, Cheikh Mohammed ben Rachid Al Maktoum, détient le pouvoir absolu sur DubaïSi elle était maltraitée, elle ne pourrait pas aller à la police. Si elle voulait divorcer, elle ne pourrait pas aller devant les tribunaux”, explique l’avocate Radha Stirling, réputée proche de la princesse, et directrice de l’organisme britannique “Détenu à Dubaï”, spécialiste des questions de droit dans le Golfe.

Sur Twitter, elle a déclaré qu’il lui paraissait “inconcevable qu’un tribunal anglais libre de toute influence politique indue”, accorde la garde des enfants à l’émir, “compte tenu de ses antécédents très publics en tant qu’agresseur en série présumé”.

L’homme en question, compte parmi les plus importants des Emirats arabes unis. Le Cheikh Mohammed est l’émir de Dubaï depuis janvier 2006, l’un des émirats les plus importants de la fédération, dont il est également le Premier ministre et Vice-président. À l’origine de la modernisation de Dubaï ces dix dernières années, il est également un féru de courses hippiques, et lui-même cavalier. Il est également propriétaire d’un réseau de haras regroupant certains des meilleurs étalons du monde.

Une passion pour les chevaux qu’il a entretenue avec son épouse désormais exilée. La princesse Haya a en effet représenté la Jordanie lors des épreuves équestres des Jeux olympiques de Sydney en 2000. Elle a également dirigé la Fédération équestre internationale (FEI) entre 2006 et 2014. “L’un des plus beaux trophées internationaux remportés par les Maktoum”, écrit Le Point au sujet de cette nomination.

C’était avant que la princesse Haya tombe en disgrâce en 2013, après la mort de plusieurs pur-sang lors d’épreuves et des soupçons de dopage qui ont secoué la Fédération. “80 % des cas positifs concernaient des cavaliers issus du Moyen-Orient, Émirats arabes unis en tête”, relève l’hebdomadaire français. Le début des tensions dans le couple princier ? Nul ne sait.

Mais la réaction de l’homme fort de Dubaï à l’exil de son épouse est sans équivoque : “Vous avez trahi la plus précieuse confiance (…) vous n’occupez plus aucune place pour moi (…) je n’ ai cure que vous soyez morte ou vivante”, a-t-il écrit sur Instagram, dans un poème publié après la supposée disparition de la princesse Haya, avant que la publication ne soit supprimée.

Un précédent et un cas présent qui font tache

Je ne doute pas que la princesse Haya a toutes les raisons de craindre les conséquences si elle devait être renvoyée à Dubaï”, explique Radha Stirling au Telegraph. “Elle sait sûrement, comme la princesse Latifa le savait, que l’asile lui fournit le seul moyen sûr de sortir du palais royal”, ajoute-t-elle. Cheikha Latifa n’est autre que l’une des filles de l’émir de Dubaï. L’homme a vingt-trois enfants de six épouses différentes.

La princesse Latifa a défrayé la chronique en 2018, en prenant elle aussi la fuite. Dans une vidéo publiée sur YouTube, elle expliquait avoir été “privée de liberté et maltraitée par [s]on père”. “J’ai fait cette vidéo, car cela pourrait bien être la dernière”, déclarait la jeune femme de 32 ans en préambule, expliquant qu’elle avait déjà tenté de fuir le pays “dès ses 16 ans”, avant d’être enfermée en prison et “torturée” pendant trois ans. Son salut est venu d’un ex-agent de la DGSE, ami de longue date, qui a organisé sa fuite, vers les États-Unis par voie maritime, à bord d’un voilier.

L’exfiltration a cependant tourné au vinaigre. L’embarcation est interceptée par la marine indienne, Latifa et les deux personnes qui l’accompagnaient sont ramenés à Dubaï et jetés en prison. Depuis, peu de nouvelles ont été données de la princesse hormis une déclaration de l’ancienne présidente irlandaise, en visite à Dubaï. Elle expliquait que Latifa est une “jeune femme perturbée, affectée par un sérieux problème de santé et suivie en psychiatrie”.

La Princesse Haya et le Cheikh Mohammed, le 29 mars 2014. AFP

D’après le New York Times, Haya prépare quant à elle une bataille juridique, mais “craint pour sa vie”. La procédure pourrait avoir lieu à Londres, à condition que la princesse y réside officiellement. “Il pourrait y avoir des complications étant donné que le mariage était polygame, mais ce ne serait pas la première fois qu’un riche couple négocie un accord de divorce hors des tribunaux à Londres, où le système judiciaire protège la vie privée des époux”, détaille James Stewart, avocat londonien spécialisé dans les affaires familiales.

Reste qu’après l’affaire de la princesse Latifa, la fuite de l’épouse de l’émir dérange en haut lieu, alors que Dubaï attire de moins en moins d’expatriés et perd de l’influence sur sa voisine et “rivale” Abu Dhabi. L’affaire Haya vient perturber ainsi ombrager l’image de cadre idéal vendue par cet îlot libéral ouvert au tourisme. Le timing ne pouvait être plus mal choisi, dans la mesure où l’émirat se prépare à abriter l’exposition universelle de 2020, censée acter son rayonnement. Tout un polar.

article suivant

Le Maroc déroule le tapis rouge pour ses relais d’influence en Afrique du Sud

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.