Le long récit d’un "putsch" à l’AFEM

Un peu plus d’un an après son élection à la tête de l’Association des femmes cheffes d’entreprises du Maroc (AFEM), Aicha Laasri Amrani a été démise le 25 juin de son poste de présidente lors d’une AG dont le PV fait mention “de son incapacité à fédérer les membres de l’association autour d’elle et former son bureau”. Aicha Laasri Amrani crie au scandale et s’en défend. En off, des membres de l’AFEM parlent d’un “putsch” en bonne et due forme.

Par

Mardi 25 juin. 144 femmes cheffes d’entreprises sont réunies pour l’Assemblée générale (AG) de l’AFEM organisée au siège de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) à Casablanca. À l’ordre du jour, l’approbation de la décision du Conseil d’administration (CA) de l’AFEM, tenu le 30 mai dernier, de destituer la présidente, Aicha Laasri Amrani, pourtant élue le 5 juin 2018 à la tête de l’Association. La nomination de trois nouvelles administratrices pour rejoindre le CA, ainsi qu’un comité de transition pour gérer l’AFEM jusqu’à l’organisation de nouvelles élections avant fin 2019, figurent également dans le programme de cette journée pour…

article suivant

Statut des enseignants contractuels : les syndicats et le ministère se renvoient la balle