Secrétaires d’Etat sans portefeuille

Nommés par Mohammed VI à la tête de départements importants, la quasi-totalité des secrétaires d’Etat attendent toujours leurs arrêtés d’attribution, textes qui tracent leur périmètre d’action au sein de leur ministère de tutelle. Entre résignation et excuses gênées, leurs réactions traduisent le malaise qui règne au sein de l’Exécutif.

Par

Certains ministres refusent de céder la moindre parcelle de leur périmètre.

Douze : c’est le nombre de secrétaires d’Etat que compte le gouvernement. De l’investissement à la pêche maritime en passant par le tourisme, l’enseignement supérieur, le transport et la diplomatie, ces heureux “élus” du gouvernement trônent à la tête de départements importants, voire stratégiques. Sur le papier du moins. Car plus de la moitié d’entre eux attendent toujours un arrêté d’attribution, précieux sésame qui confère légalement à chaque secrétaire général son pré carré au sein du ministère de tutelle. Jaloux de leurs prérogatives, certains ministres refusent de céder la moindre parcelle de leur périmètre. Si bien que la fonction de secrétaire d’Etat est vite devenue un fardeau dont l’Exécutif a bien tenté, lors du dernier remaniement, de se débarrasser, avant de se raviser. “Ce sont pour la plupart des femmes. La suppression…

article suivant

Disparition de la petite Naima : ce que l'on sait