Les jeunes et le volcan social

Par Réda Dalil

La commission interministérielle chargée de la stratégie intégrée des jeunes a finalisé sa vision”, lisait-on il y a quelques semaines dans un communiqué que de nombreux journaux ont relayé sans enthousiasme. En guise de stratégie, ce document enchaîne les généralités d’usage et les appels à un “meilleur accès des jeunes à la formation”, à l’emploi, à la santé, à l’éducation…

“Sur 350.000 jeunes arrivant en âge de travailler, le marché de l’emploi n’en absorbe que 100.000 par an”

Réda Dalil
Bref, nous pourrions en rire, mais l’heure n’est pas à la légèreté. Sur 350.000 jeunes arrivant en âge de travailler, le marché de l’emploi n’en absorbe que 100.000 par an. Le jeune urbain souffre d’un taux de chômage (officiel) avoisinant les 30%. Chaque année, 300.000 élèves quittent l’école sans obtenir de diplôme. Qui donc encadre le jeune? Déserteur précoce d’une école qui ne dispose guère des outils pour le retenir, il est livré aux ultras des clubs de football, à la rue, synonyme d’une oisiveté pouvant mener à la déviance, ou aux centres de l’OFPPT qui ne sont plus une…

article suivant

A l'approche des vacances, le bras de fer perdure entre la RAM et les bagagistes