Kery James: “Si Martin Luther King était toujours vivant, il aurait fait certainement le même rêve”

MDK

Smyet bak ?

Mathurin Jules.

Smyet mok ?

Jacqueline.

Nimirou dial l’passeport ?

Je ne le connais pas par cœur.

En marge de la sortie de votre septième album J’rap encore, vous dites vouloir diriger le bateau du rap français vers une autre direction. Laquelle ?

Plus consciente de l’impact de nos paroles sur les jeunes.

Selon vous, le rap est “à l’agonie”, “a touché le fond”. Quel regard portez-vous sur ce nouveau rap éclectique, moins contestataire ?

Honnêtement, je ne pense pas que tout le rap doive être contestataire. Le problème en général, en France en particulier, est que les médias ne diffusent que le rap qui n’est pas contestataire. On fait croire aux gens, aux Français, qu’il n’existe que ce genre de rap ou que l’on ne peut faire du rap que de cette manière-là. C’est là où ça devient un problème. Sinon, cela va de soi, il y a de la place pour tout le monde en réalité.

Des titres comme “Hardcore” sont toujours d’actualité. Est-il toujours possible…

article suivant

Réouverture des cafés et restaurants dès vendredi 29 mai