Participation a minima du Maroc à la Conférence de Bahreïn sur la paix au Proche-Orient

Participation a minima du Maroc à la Conférence de Bahreïn sur la paix au Proche-Orient

Le Maroc sera représenté par un cadre du ministère des Finances lors de la Conférence de Bahreïn consacrée à la dimension économique de la proposition américaine pour une résolution du conflit israélo-palestinien. Une participation a minima alors que certains pays arabes seront représentés par des ministres.

Par

Le roi Mohammed VI offre un iftar en l'honneur de M. Jared Kushner, Conseiller principal du Président américain Crédit: MAP

Annoncée le 11 juin  par une source au sein de la Maison blanche citée par Reuters, la participation du Maroc à la Conférence de Bahreïn a été officiellement confirmée hier soir. Le sommet sera consacré à la dimension économique de la proposition américaine pour une résolution du conflit israélo-palestinien.

Dans un communiqué, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères annonce qu’ “un cadre du ministère de l’Economie et des Finances prendra part à ses travaux qui se tiendront les 25 et 26 juin”. La même source précise que “cette participation se fait sur la base de la position constante et inchangée du Royaume du Maroc, en faveur d’une solution de deux Etats […] garantissant l’instauration d’un Etat palestinien indépendant, souverain et viable, dans les frontières du 4 juin 1967, ayant Jérusalem Est comme capitale”.

L’identité du représentant du ministère de l’Economie participant à cette réunion n’est pas dévoilée par le communiqué mais il est à noter que le directeur du budget, Fouzi Lekjaâ, président de la Fédération royale marocaine de football (FRMF), a pris part  le 23 juin au Caire à une réunion d’urgence des ministres arabes des Finances consacrée à la mise en œuvre d’un filet de sécurité financière pour la Palestine.

La participation du Maroc est confirmée alors que des milliers de personnes ont témoigné dimanche leur solidarité à la cause palestinienne lors d’une manifestation dans les rues de Rabat.

Division

Le Maroc ne sera pas le seul pays arabe à participer à cette conférence. En effet l’Arabie saoudite prévoit d’y envoyer son ministre de l’Économie, Mohammed al-Toueijri. Sa participation réaffirme la position saoudienne, qui est de “permettre au peuple palestinien de parvenir à la stabilité et à la croissance”, selon l’agence de presse saoudienne officielle SPA.

Le chef de la diplomatie des Émirats a indiqué qu’il enverrait une délégation, tout en réitérant son soutien à la création d’un État palestinien, avec Jérusalem-Est comme capitale. Il n’est pas encore certain que le Qatar, sous blocus et isolé de ses voisins, dont Bahreïn, par une dispute diplomatique, participera. Doha, un autre allié proche des États-Unis, “a répondu à l’appel des USA”, selon son ministère des Affaires étrangères, qui n’a toutefois pas précisé si une délégation qatarie irait à Bahreïn.

Le Koweït et Oman n’ont pas encore confirmé leur venue. La Jordanie et l’Égypte, les seuls pays arabes à avoir signé un accord de paix avec Israël, ont envoyé des diplomates de second rang. Le porte-parole du ministère jordanien des Affaires étrangères Soufyan al-Qudaha a toutefois estimé “qu’aucune proposition économique ne pourrait remplacer une solution politique qui mette fin à l’occupation” de la Palestine.

Avec agences

article suivant

Halieutis : que valent les réponses du ministère de l'Agriculture à la Cour des comptes ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.