Usine PSA de Kénitra, entre inauguration et improvisation

Usine PSA de Kénitra, entre inauguration et improvisation

À la surprise générale, le roi Mohammed VI a procédé, jeudi 20 juin, à l'inauguration de l'usine PSA à Kénitra. Carlos Tavares, le président du groupe automobile, n'a pas fait le déplacement.

Par

Dans l'usine PSA, le roi Mohammed VI en compagnie de Rémi Cabon et devant Moulay Hafid Elalamy et Jean-Christophe Quémard

La nouvelle de l’inauguration de l’usine PSA de Kénitra, qui a eu lieu hier jeudi 20 juin, a été gardée secrète jusqu’à la dernière minute. Au matin de l’événement, les rédactions des journaux marocains ont reçu un appel leur demandant de dépêcher un journaliste sur place en urgence. L’événement doit avoir lieu l’après-midi. Et il est de taille: l’usine, située dans une zone franche de la banlieue de Kénitra, signe le grand come-back du groupe franco-chinois sur le continent africain.

L’investissement annoncé est de 557 millions d’euros, ce qui doit permettre une capacité de production de 100.000 véhicules par an, avec un augmentation à 200.000 par an dans une seconde phase. Cette unité doit servir de base régionale à PSA qui veut reconquérir le marché « Moyen-Orient-Afrique », où la firme est historiquement en recul.

Une inauguration et des questions

Dans la navette prévue au transport des journalistes, les conjectures vont bon train. Qui participera à l’inauguration ? Carlos Tavares, le patron du groupe PSA ? Emmanuel Macron, dont la présence avait été discutée...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

500.000 dirhams en devises pour booster les startups

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.