Addictologie: Un an après son inauguration, le pôle social du centre de Sidi Moumen encore sous cloche

Le centre d’addictologie de Sidi Moumen a ouvert en mai 2018. Un an après l’inauguration royale, TelQuel est allé y prendre la température. Si la partie médicale, gérée par le ministère de la Santé, est active, les suivis psychologiques sont quasi inexistants, et l’ensemble des pièces qui leur sont dédiées, désertes.

Par

Le service social du centre de Sidi Moumen est fantomatique. TelQuel s’y est rendu à trois reprises, sans jamais croiser aucun patient. Crédit: Yassine Toumi

En 2018, le roi inaugure le centre d’addictologie de Sidi Moumen construit par la Fondation Mohammed V pour la solidaritĂ© dans le quartier d’Attacharouk, en rĂ©gion casablancaise. Un an plus tard, ses promesses ne sont pas encore tenues. Le centre mĂ©dico-social devait innover par la force de son accompagnement social dans le sevrage des patients. Pour ce faire, la Fondation a investi près de sept millions de dirhams dans sa construction, et l’ensemble des services proposĂ©s devaient ĂŞtre gratuits. TelQuel s’est rendu sur place Ă  trois reprises, une première fois guidĂ© par un reprĂ©sentant officiel, puis Ă  l’improviste. Les intentions du centre s’inscrivent dans le Programme national de lutte contre les conduites addictives, initiĂ© en 2010. Au-delĂ  du suivi strictement mĂ©dical du patient, sont prĂ©vus la “prĂ©vention, sensibilisation, rĂ©duction…

article suivant

Trois questions à Nizar Baraka sur la sortie de crise