Après le “pay to fly”, la RAM à nouveau pointée du doigt pour des recrutements externes

Après le “pay to fly”, la RAM à nouveau pointée du doigt pour des recrutements externes

Royal Air Maroc fait à nouveau l’objet d’une polémique après le lancement d’une campagne de recrutement pour combler le manque de pilotes. Les détails.

Par

Le deuxième Boeing 737-800 MAX reçu par la Royal Air Maroc le 14 février. Crédit: RAM / Facebook

Trois ans après le scandale du Pay to fly qui avait éclaboussé Royal Air Maroc, la procédure de recrutement de la...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Sur le banc des accusés, Lekjaa se dit “prêt à partir” dès septembre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.