Les sept vies du dirham

En 2019, le dirham fête ses 60 ans. Mais ses racines plongent dans l’histoire millénaire du Maroc. De la piécette d’argent des premiers califes omeyyades aux premiers billets de banque après l’indépendance, des grandes réformes monétaires aux mystères de Dar As-Sikkah, TelQuel vous raconte la monnaie nationale.

Par

La Banque d’État du Maroc à Rabat, années 1950. Abritant aujourd’hui Bank Al-Maghrib, le bâtiment trône toujours sur le boulevard Mohammed V. Crédit: PHOTOS LIVRE BANK AL-MAGHRIB L’ÉMERGENCE D’UNE BANQUE CENTRALE DU XXE AU XXIE SIÈCLE

Que le Maroc dispose de sa propre monnaie nationale, voilà une chose qui nous paraît logique et naturelle. Pourtant, quatorze pays voisins d’Afrique de l’Ouest continuent d’utiliser une monnaie administrée par une puissance étrangère. En effet, le franc CFA est utilisé chaque jour par 200 millions d’Africains. Hérité de l’ancien empire colonial français, ce système monétaire est strictement encadré par la Banque de France et le Trésor public français. Concrètement, les pays de la zone franc n’ont pas la possibilité d’investir massivement dans le domaine de la santé publique ou dans leur système éducatif sans en référer aux autorités financières de l’Hexagone. De plus, ils ont l’obligation de reverser 50% de leurs avoirs en devises à l’État français, avoirs qui pourraient être investis ailleurs. Dans les États concernés, le débat fait rage entre…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés