Green Of Africa: Akhannouch, du fossile au renouvelable

Green Of Africa fait partie du consortium qui a remporté le projet Noor Midelt I. Comptant parmi ses actionnaires Aziz Akhannouch, cette entreprise créée en 2015 ne justifie pas encore de l’expérience ni de l’expertise nécessaires pour un projet d’une telle envergue.

Par

Aziz Akhannouch, lors de la COP 22, sur le pavillon de Masen. L'agence vient d'attribuer 
un appel d'offres international au consortium mené par EDF Renouvelables et composé de Masdar et Green of Africa, dont le ministre et homme d'affaires est 
actionnaire. Crédit: DR

Après Nareva, la filiale de la holding royale Al Mada, une seconde entreprise marocaine vient de décrocher un des grands projets de la stratégie énergétique nationale des énergies renouvelables. Il s’agit de Green Of Africa, dont l’un des actionnaires n’est autre que l’homme d’affaires et ministre de l’Agriculture Aziz Akhannouch. “Masen (Moroccan agency for sustainable energy, ndlr) déclare aujourd’hui l’attribution de l’appel d’offres international, relatif à la conception, au financement, à la construction, à l’exploitation et la maintenance, du projet Noor Midelt I, au consortium mené par EDF Renouvelables (France) et composé de Masdar (Emirats Arabes Unis) et Green of Africa (Maroc)”, faisait savoir le communiqué de l’Agence marocaine d’énergie solaire datant du 21 mai dernier. Pour une entreprise nouvellement créée et inconnue au bataillon, le défi est énorme. L’investissement total pour cette nouvelle centrale solaire tourne autour de…

article suivant

Statut des enseignants contractuels : les syndicats et le ministère se renvoient la balle