Al madi la yamout, la série-killer du petit écran

Al madi la yamout, la série-killer du petit écran

Diffusé sur la SNRT, le feuilleton s’érige comme le programme 
le plus fédérateur de la saison. Un scénario ficelé, des acteurs 
de premier plan, une réalisation et une production aux petits soins sont les ingrédients de cette belle réussite. Rencontres plurielles.

Par

La famille El Ghali est au centre de l'intrigue. La série finit son parcours le soir de l’Aïd avec plus de quatre millions et demi de téléspectateurs, contre les cent mille du premier épisode. Crédit: Rachid El Ouali

Le pitch est sans appel. Il se résume lapidairement : “Série télévisée échappant à des renifleurs en manque d’odorat”. Le projet est présenté en primeur à la deuxième chaîne qui lui réserve un classement vertical. Et puis, boom ! La Une s’en empare et sauve les deux grilles de programmes d’un marasme finement tricoté, tissé a-t-on envie de trancher. Al madi la yamout finit son parcours le soir de l’Aïd avec plus de quatre millions et demi de téléspectateurs, contre les cent mille du premier épisode.

Sachant que la diffusion vacillait entre minuit et minuit quarante et que YouTube (hors comptage) assurait le rattrapage. Un début imposant et un faux happy-end. Entre les deux, vingt-huit raisons de garder le cap. Ça évolue dans l’inattendu, parfois avec insistance, souvent avec finesse.

Le scénario, vieux de trois années et porté avec dévotion, connaît des rebondissements d’écriture à l’image des intrigues qui dessinent l’ossature de la série. Il découle des tripes d’Amina Raïssi avec la complicité de Jawad Lahlou et l’apport d’un atelier d’écriture incluant le réalisateur Hicham El Jebbari.

Un labeur confectionné autour...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Sur le banc des accusés, Lekjaa se dit “prêt à partir” dès septembre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.