Après la suspension de trois professeurs de médecine, leurs collègues se mettent à l'arrêt

Après la suspension de trois professeurs de médecine, leurs collègues se mettent à l'arrêt

Après une réunion des professeurs de la faculté de médecine et de pharmacie de Marrakech le 12 juin, le bureau marrakchi du Syndicat national de l'enseignement supérieur a annoncé le boycott “de toutes les activités au sein de la faculté”. Cette décision fait suite à la suspension du professeur Said Amal le même jour, en guise de sanction pour son soutien au mouvement de boycott étudiant. La faculté de Casablanca a rallié le mouvement de solidarité.

Par

Université Cadi Ayya de Marrakech
La faculté de médecine et de pharmacie de Marrakech a décidé de " boycotter toutes les activités au sein de la faculté" en attendant la levée de la suspension du professeur Said Amal. Crédit DR

Le 12 juin, un communiqué du syndicat de l’enseignement supérieur (SNESUP) annonce “qu’après une réunion des professeurs des facultés de médecine et de pharmacie de Marrakech suite à la décision du ministère de l’Education de suspendre le professeur Said Amal, la décision a été prise de cesser toute activité au sein de la faculté de médecine, dont les examens des étudiants, les examens de spécialité”.

Les enseignants décident avec effet immédiat de cesser d’encadrer les étudiants, de corriger les examens et autres activités pédagogiques. Cette décision est prise dans l’attente de la levée de la suspension du professeur Said Amal, ancien chef de service en dermatologie et désormais professeur au CHU de la ville ocre. Le boycott de solidarité de ses collègues a été salué et appuyé par la Confédération démocratique du travail (CDT) qui a également apporté son soutien via un communiqué.

Said Amal fait partie des trois professeurs suspendus de leurs fonctions ce mercredi pour avoir “poussé d’autres professeurs à ne pas assurer l’encadrement des examens et avoir coordonné l’action des étudiants dans le boycott”, comme nous l’expliquait le ministre de l’Education, Saaid Amazazi le 12 juin.

à lire aussi

Le communiqué du syndicat explique encore que le corps professoral “soutient à l’unanimité le professeur Said Amal, qui a toujours été discipliné et exemplaire tout au long de sa carrière et se réserve le droit d’employer tous les moyens de pression nécessaires pour assurer les droits du professeur Amal”. 

Le professeur Said Younous, chef de service anesthésie-réanimation pédiatrique au CHU de Marrakech, nous précise que “ce communiqué provient du bureau du SNESUP à Marrakech, il n’est pas encore déployé à l’échelle nationale”. En ce qui concerne la suspension des activités universitaires et le fonctionnement du CHU, le professeur explique : “La cessation des activités concerne uniquement la faculté. Les activités de soins au CHU ne sont pas impactées. Tout fonctionne normalement, mais nous verrons si cela doit changer en fonction des événements”, prévient Said Younous.

Après Marrakech, la faculté de médecine de Casablanca va aussi suspendre ses activités dès lundi. Deux sources concordantes au sein de l’université Hassan II de Casablanca nous informent que “les professeurs de la faculté de médecine de Casablanca viennent de décider du boycott de toutes les activités pédagogiques. Nous attendons le communiqué officiel”.  L’assemblée générale des enseignants a en effet décidé du “boycott de toutes les activités pédagogiques: examens, correction, garde, soutenance de thèse… à partir de la semaine prochaine” et qu’un sit-in serait organisé.

Mise à jour à 16h00 :  Dans un communiqué, le Syndicat marocain de l’enseignement supérieur (SMASUP)confirme l’arrêt des activités à la faculté de médecine de Casablanca. Cette cessation prendra effet dès le vendredi 14 juin, et non le lundi 17 juin comme nous l’indiquions précédemment. Une manifestation est également prévue demain 14 juin.

Ci-dessous les communiqués du SNESUP et de la CDT:

Communiqué du SNESUP

Communiqué de la CDT

article suivant

Mohammed VI appelle à « un nouveau contrat social »

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.