Saisie record de 568.000 cachets d'ecstasy à Tanger Med

Saisie record de 568.000 cachets d'ecstasy à Tanger Med

Samedi 1er juin, la DGSN a mis la main sur une quantité record d'ecstasy au port de Tanger Med. 568.000 comprimés ont été retrouvés dans la roue de secours d'un camion. La saisie intervient dans un contexte de hausse conséquente de l'activité portuaire à l'approche de l'été.

Par

La police a saisi le 1er juin dernier, 568.000 comprimés d'ecstasy au port de Tanger Med. Une prise nationale record. Crédit: MAP

A Tanger Med, le samedi 1er juin, la DGSN a procédé à une prise record d’ecstasy. 568.000 cachets ont été saisis dans la roue de secours d’un camion de transport immatriculé au Maroc, en provenance du port d’Algésiras. Parallèlement, le même jour, 48.800 comprimés étaient interceptés à Guercif dans un taxi en provenance de Tanger. L’ancien record national de saisie d’ecstasy remontait à novembre 2018 avec 493.700 cachets interceptés à Tanger Med.

Le chauffeur du camion et son assistant, respectivement âgés de 48 et 26 ans, ont été arrêtés. “La personne en charge du transport n’est pas nécessairement un membre à part entière du trafic, mais c’est une personne complice qui encaisse une somme d’argent de la part des trafiquants pour service rendu, de 30 à 50.000 euros par exemple”, nous expliquait en novembre le commissaire Abderrahim Habib chef de service du service de lutte contre la drogue à la DGSN. 

Cette saisie record peut s’expliquer par l’arrivée massive de véhicules sur le territoire marocain à l’approche de l’été. Cette hausse du trafic rend les fouilles plus compliquées, sur l’ecstasy en particulier. Cette drogue est quasi indétectable, et transportable en quantités immenses. “Pour une livraison d’une tonne de résine de cannabis, il faut développer une certaine logistique… Pour l’ecstasy, un simple pneu de secours fait l’affaire”, nous expliquait encore le commissaire Habib. “Les retours de MRE à Tanger Med imposent une certaine cadence dans les passages aux frontières. On doit assurer la fluidité du trafic, on ne peut pas disséminer un climat de peur chez les gens qui rentrent chez eux”, avait-il conclu.

à lire aussi

Associée à des environnements festifs et élitistes il y a plusieurs années, l’ecstasy est devenue une drogue banalisée qui se vend dans les villes du pays entre 50 et 200 dirhams le comprimé. En 2011, seulement 200 comprimés avaient été saisis par les forces de police… contre plus d’un million en 2018.

 

article suivant

Brookstone Partners Morocco: Récit d'une assemblée générale rocambolesque

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.