Zélateurs et délateurs

Par Fatym Layachi

Ça fait environ trois semaines que le mois est sacré, que ta mère se plaint et que Zee va au sport tous les jours. Et toi ce matin, ça fait une heure que tu erres dans cette administration sans avoir compris quel formulaire tu es censée signer et légaliser. Tu finis par en avoir marre et te dire que tu reviendras le mois prochain. Ça sera plus simple. En sortant, tu assistes à une autre scène surréaliste. Un type à la barbe douteuse fait des diatribes à une demi-douzaine de badauds qui l’écoutent ébahis. Le barbu a vu des jeunes gens s’embrasser dans une ruelle et a appelé les flics. Il raconte son acte avec une fierté qui t’écœure un peu. Comment peut-on être heureux de dénoncer un acte qui ne t’atteint pas ? Ces deux pauvres amoureux ne cherchaient pas à faire du mal à ce type. Le type porte une gandoura blanche. Il croit s’être acheté une autorité morale en tissu. Il fait une grande tirade sur les valeurs qui se perdent et invoque ces mécréants, ces dé-jeûneurs qui…

article suivant

Les prévisions du HCP sur la situation démographique du Maghreb à l'horizon 2050