Johannes Anyuru: le geste suspendu

Le 4ème roman de l’écrivain ougando-suédois Johannes Anyuru est un remarquable tableau sur l’avènement d’un univers pré-génocidaire, entre la folie de Daech et celle des dérives racistes et islamophobes.

Par

A Göteborg, en Suède, la librairie Hondo accueille, pour discuter du blasphème, un bédéiste connu pour ses caricatures du Prophète. Un commando prend en otage le public. Mais à l’instant où l’un d’entre eux va égorger l’auteur, sa complice l’abat.

Johannes Anyuru est poète et romancier. Du paradis souffle une tempête (Actes Sud, 2015) est son premier roman traduit en français, et a été en lice pour le prix August et le grand prix de Littérature du Conseil nordique.
Qui est cette jeune femme qui n’est pas allée au bout de son acte ? Quel est cet étrange sentiment qu’elle a d’avoir déjà vu ce qu’elle est en train de filmer, et cette idée que “si nous tuons des gens ce soir, les musulmans n’auront plus leur place dans ce pays” ? Qui est Liat, au nom si familier ? D’où vient cette…

article suivant

13 août : 28 morts et 1.261 nouveau cas de contamination au coronavirus