Fiscalité: Redistribution des richesses et nouveau modèle de développement

Fiscalité: Redistribution des richesses et nouveau modèle de développement

Par Nezha Lahrichi

Docteure d’Etat en sciences économiques, ex-conseillère à la primature et ancienne PDG de l’ASMAEX, Nezha Lahrichi appelle de ses vœux une redistribution plus équitable des fruits de la croissance.

La modernisation du système fiscal, au cœur des dernières Assises de la fiscalité, répond en priorité à l’objectif d’équité. D’une part, l’impôt sur le revenu doit concerner une part importante de la population impliquant une augmentation des recettes de l’Etat. D’autre part, la neutralité de la TVA doit être assurée car il s’agit d’un impôt régressif et donc injuste qui s’applique à la consommation.

Par Nezha Lahrichi, docteur en sciences économiques

Certes, la construction d’un Etat social efficace suppose des recettes fiscales conséquentes, mais l’idée qui fait consensus est qu’une répartition équitable des fruits de la croissance est non seulement la voie de la réduction des inégalités mais aussi la voie pour une croissance plus forte. Les exonérations fiscales et les réductions d’impôts qui ont concerné le capital devaient impacter positivement la croissance, mais cet objectif peine à être atteint.

Egalité des chances et des résultats

La question de la redistribution est au cœur du débat public dans tous les...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Les prévisions du HCP sur la situation démographique du Maghreb à l'horizon 2050

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.