12 étrangers, dont des personnalités, deviennent marocains par décret royal

12 étrangers, dont des personnalités, deviennent marocains par décret royal

Le roi Mohammed VI a octroyé la nationalité marocaine à 12 personnalités étrangères par dahir publié dans le bulletin officiel du 2 mai dernier. Parmi elles, un champion tchétchène de MMA, un boxeur allemand et un écrivain français. Quelles sont les conditions de ces naturalisations ?

Par

La naturalisation de 12 personnalités a été promulguée par dahir dans le bulletin officiel du 2 mai. Une démarche qui intervient à titre “exceptionnel”, précise le document.

Parmi les principaux intéressés fraîchement naturalisés, un combattant de MMA russe, Mairbek Taisumov. Ses liens avec le Maroc restent inconnus, mais le sportif russe est un proche du combattant germano-marocain Abu Azaitar, photographié à plusieurs reprises en compagnie de Mohammed VI. Autre sportif naturalisé par dahir, le boxeur allemand Muhammed El Zein, originaire de Düsseldorf.

Abu Azaitar en compagnie du combattant de MMA Mairbek Taisumov.Crédit: Facebook/ Abu Azaitar

Le Français Patrick Guerrand-Hermes devient lui aussi marocain. Arrière arrière-petit-fils du fondateur de la marque française de luxe Hermès, il est propriétaire du Palmeraie Polo Club, au cœur de plusieurs procès et litiges concernant des terrains en bord de mer près d’Asilah.

Autre personnalité naturalisée, Mohamad Reza Nouri Esfandiari, époux de la princesse et ambassadrice du Maroc à Washington Lalla Joumala. Il est le descendant d’une lignée de dignitaires iraniens, des diplomates qui ont longtemps été au service du Shah. Il aurait connu Lalla Joumala lors du séjour de cette dernière à Londres pour ses études. C’est devenu un personnage de choix pour la presse people britannique, surtout lors des cérémonies officielles où il apparaît accoutré de l’habit traditionnel marocain. On ne lui connaît pas non plus d’activité professionnelle précise, à cette exception près que son nom figure sur la liste des administrateurs de la Société Brasseries du Maroc. Il y a été désigné le 18 mai 2009, soit près de deux mois après la nomination de Lalla Joumala au poste d’ambassadeur à Londres, et son mandat courrait jusqu’à fin 2014.

Françoise Atlan, chanteuse d’origine algérienne, a elle aussi été naturalisée. Cette dernière s’était récemment illustrée au Maroc lors de la visite du Pape François. Elle faisait partie des trois interprètes qui ont entonné à l’unisson des chants religieux musulman, chrétien et juif, le 30 mars à l’Institut Mohammed VI de formation des imams, accompagnés par l’Orchestre philharmonique du Maroc.

D’autres personnalités ont déjà été naturalisées par le passé sur décret royal. On pense notamment au chanteur algérien Cheb Khaled en 2013, ou encore à son concitoyen le tennisman Lamine Ouahab, la même année. En 2012, c’est l’acteur français Gérard Darmon, d’origines juives algériennes, qui avait reçu la nationalité marocaine par le roi. Ces naturalisations avaient alimenté un débat autour des conditions juridiques à remplir pour se voir attribuer la citoyenneté marocaine.

En effet, ces naturalisations exceptionnelles lèvent les incapacités prévues dans l’article 17 du Code de la nationalité marocaine et s’appliquant aux naturalisés pendant une durée de cinq ans. D’après le texte : “Il ne peut être investi de fonctions publiques ou de mandats électifs pour l’exercice desquels la qualité de Marocain est nécessaire. Il ne peut être électeur lorsque la qualité de Marocain est exigée pour l’inscription sur les listes électorales”. Le même article précise :  “il peut être relevé en tout ou partie des incapacités prévues ci-dessus, par dahir ou par décret pris en conseil de cabinet, suivant que la naturalisation a été accordée par dahir ou par décret”. Les naturalisés marocains peuvent dès lors endosser des responsabilités publiques.

Quel cheminement ?

Selon la loi, la demande de naturalisation doit émaner de “l’étranger”, à savoir, la personne concernée, demandeuse de la nationalité. Selon l’article 11 du Code de la nationalité, qui traite du sujet de la naturalisation, il est nécessaire d’avoir sa résidence au Maroc au moment de la signature de l’acte de naturalisation. Il est également requis de justifier d’une maîtrise suffisante de la langue arabe et de posséder des moyens suffisants pour vivre. L’article 12, quant à lui, traite de l’attribution exceptionnelle de la nationalité marocaine. Cette dernière peut se voir attribuer à toute personne dont la naturalisation présente un intérêt exceptionnel pour le Maroc ou ayant rendu un service exceptionnel au pays.

article suivant

Faillite de Thomas Cook, menace sur le tourisme marocain ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.