"Plan B" de Huawei: développer une alternative à Android, l'épineux défi

"Plan B" de Huawei: développer une alternative à Android, l'épineux défi

Avec la fin attendue des mises à jour d'Android sur ses smartphones, le géant chinois des télécoms Huawei pourrait être tenté de concrétiser son "plan B": proposer son propre système d'exploitation, concurrent de ceux de Google et d'Apple, avec l'épineux défi de convaincre développeurs et usagers.

Par

AFP

Piégé par les rebondissements du conflit commercial sino-américain, Huawei, numéro deux mondial sur le marché des smartphones, cherche désormais la parade. Suite aux restrictions imposées par l’administration Trump, Google –dont le système Android équipe l’immense majorité des smartphones dans le monde, y compris ceux de Huawei– a annoncé dimanche qu’il allait devoir couper les ponts avec le géant chinois avant que Washington ne lui accorde finalement lundi un délai de trois mois.

Sous pression, le mastodonte de Shenzhen (sud de la Chine) pourrait accélérer le développement de son propre système d’exploitation, sur lequel il planche déjà depuis 2012 selon des informations de presse.

à lire aussi

Une alternative potentiellement vitale: Android a certes précisé qu’il continuerait pour l’instant à effectuer les mises à jour concernant la sécurité, mais, à terme, faute de telles actualisations, les smartphones Huawei pourraient être victimes de failles sécuritaires et d’obsolescence, ne pouvant plus utiliser les dernières versions de populaires applications telles que Gmail ou Google Maps.

Huawei avait déjà admis travailler sur un système d’exploitation alternatif: « Nous nous y préparons. Si nous ne devions plus utiliser ces systèmes (comme Android), il faudra que nous soyons bien armés« , avait expliqué Richard Yu, directeur général de la branche grand public du groupe, dans un entretien en mars au journal allemand Die Welt.

« C’est notre plan B. Mais nous préférions bien entendu travailler de façon concertée avec les écosystèmes de Google et Microsoft« , soulignait-il. Des propos prémonitoires: cette plateforme Huawei, actuellement développée sous forme bêta et baptisée « Hongmeng« , « va désormais progressivement remplacer Android« , a assuré lundi le journal officiel chinois Global Times, citant la presse locale. Pour certains experts, c’était inéluctable: Huawei « savait bien qu’en tant que géant des télécoms, il devait en fin de compte contrôler les principales technologies« , indique à l’AFP Wong Kam Fai, professeur de l’Université chinoise de Hong Kong.

« Ils ont déjà leur système, mais ne sont pas prêts » pour le diffuser, observe-t-il. « Cela aurait été parfait s’ils avaient encore trois ans devant eux, mais cela survient maintenant, et désormais ils doivent accélérer« . Huawei s’est néanmoins toujours montré prudent sur le sujet — car développer un système d’exploitation avec l’écosystème entier qui l’accompagne, de façon à séduire usagers et développeurs, est éminemment complexe.

Oure l’Android de Google, le seul autre système d’exploitation suffisamment répandu est l’iOS d’Apple, disponible exclusivement sur les iPhones.

Microsoft avait tenté de lancer une version mobile de son célèbre Windows en 2010, mais n’avait réussi à la proposer que sur ses propres téléphones. Les Windows Phone n’avaient pas rencontré le succès et Microsoft a abandonné l’aventure en 2017, même si son système d’exploitation ne disparaîtra que fin 2019. Quant au système « libre de droits » Tizen mis au point par Samsung, il reste confidentiel.

De l’avis des experts, le défi n’est pas seulement technologique: il faut des années pour gagner la confiance des fabricants de smartphones et des développeurs d’applications, afin d’inciter ces derniers à adapter leurs programmes au nouveau système, de sorte à séduire in fine les usagers avec une offre variée.

Concevoir un système d’exploitation « de façon efficace et avec succès, c’est exceptionnellement difficile« , insiste Ryan Whalen, du Centre de droit et technologie de l’université de Hong Kong. « Regardez Nokia, BlackBerry et Microsoft: tous ont échoué dans leurs tentatives« , et Huawei sera, de surcroît, plombé par « un handicap concurrentiel » car ses rivaux sur le marché du smartphone continueront d’utiliser Android, a-t-il ajouté.

Certes, Huawei peut éventuellement tabler sur les autres fabricants chinois, comme Oppo ou Xiaomi, pour l’adopter. Mais sans l’accès à la version complète d’Android, aux populaires services de Google, sans parler des multiples applications disponibles sur la boutique Google Play, Huawei pourrait avoir du mal à convaincre des consommateurs hors de Chine de choisir ses téléphones.
Et ce alors même que le géant chinois s’est déjà imposé, notamment en Europe, grâce à ses smartphones perfectionnés – vantés notamment pour la qualité de leur appareil-photo – et lancés lors de cérémonies fastueuses.

article suivant

Gaid Salah: Sortir de la Constitution, c'est "détruire" les fondements de l'Etat

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.