Benkirane: "C'est Lyautey qui a interdit la vente d'alcool aux musulmans"

Benkirane: "C'est Lyautey qui a interdit la vente d'alcool aux musulmans"

Lors d'une rencontre avec la jeunesse du PJD, l'ex-chef du gouvernement est revenu sur les raisons historiques qui interdisent la vente d'alcool aux musulmans, ainsi que l'origine de l'article 222 du Code pénal qui concerne les “déjeûneurs”. 

Par

Yassine Toumi

Abdelilah Benkirane a profité de sa rencontre avec la jeunesse du parti de la lampe hier soir pour leur raconter l’origine de l’article 222 du Code pénal qui concerne les “déjeûneurs” sur l’espace public pendant ramadan, rapporte TelQuel Arabi.

Il explique ensuite que d’un point de vue religieux, le fait de ne pas jeûner n’est pas puni. “Vis-à-vis de notre religion, si quelqu’un veut déjeuner durant le ramadan, c’est son problème. L’interdiction a été établie par l’Etat, qui interdit tout ce qui peut troubler l’ordre public”, explique l’ancien secrétaire général du PJD. Pour rappel, l’article 222 du Code pénal punit d’un à six mois de prison et d’une amende de 200 à 500 dirhams quiconque “notoirement connu pour son appartenance à la religion musulmane, rompt ostensiblement le jeûne dans un lieu public pendant le temps du ramadan, sans motif admis par cette religion”.

Bien qu’il soit désormais éloigné des postes à responsabilité, Abdelilah Benkirane garde une grande influence sur les jeunes du parti à la lampe. Il les a d’ailleurs appelés à faire la différence entre ce qui est haram et ce qui est interdit par la loi. L’ancien zaïm s’est s’appuyé sur un exemple assez surprenant : celui de la vente de l’alcool aux musulmans du Maroc.

Benkirane révèle que rien n’interdit la vente d’alcool aux musulmans, mais c’est une décision qui revient à l’époque du protectorat français. “À travers l’histoire islamique, l’alcool est omniprésent, malgré le fait qu’il soit considéré haram. On sait que le prophète n’appréciait pas les buveurs d’alcool. Au Maroc, c’est Lyautey à l’époque du protectorat français qui a interdit sa vente aux Marocains. Il avait certainement ses propres raisons”, a ajouté l’ancien chef du gouvernement.

article suivant

Faillite de Thomas Cook, menace sur le tourisme marocain ?

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.