Abdelwahab Meddeb, honneur de l’intelligentsia arabo-musulmane

Islamologue, romancier, poète, essayiste, Abdelwahab Meddeb incarnait le meilleur de l’intellectualité musulmane. Une intellectualité souveraine, débarrassée de toute forme de ressentiment. A l’occasion de la réédition en version bilingue aux éditions En toutes lettres de Islam, la part de l’universel, un court essai en forme d’éloge de l’universalité de l’islam, le philosophe Adil Hajji lui rend hommage.

Par

Abdelwahab Meddeb n'a eu de cesse de “défendre la culture et la civilisation islamiques, non le dogme”. Crédit: DR

Islam, la part de l’universel est un manifeste contre les identités ivres d’elles-mêmes et meurtrières. Il ambitionne non seulement de rappeler que “l’islam a conduit la civilisation à un apogée qu’elle n’avait pas connu avant lui”, mais qu’il est également “une réalité intérieure à l’Europe d’un point de vue historique”. Il a contribué à son essor civilisationnel autant que la culture grecque et latine ou le judéo-christianisme. L’autre ambition de cette courte synthèse est d’alerter les musulmans sur le danger actuel d’une rupture de la transmission culturelle.

Adil Haji, philosophe.Crédit: DR

Une communauté privée de sa mémoire est une communauté en péril, menacée par la globalisation uniformisante. Islam, la part de l’universel contient et…

article suivant

Reprise partielle de la distribution du magazine TelQuel