Le patron de Bombardier Maroc tempère les annonces d'Elalamy

Le patron de Bombardier Maroc tempère les annonces d'Elalamy

Bombardier a tenté une énième fois via Stephen Orr, patron de la filiale Maroc,  de rassurer sur l’avenir de l'usine de l’équipementier canadien à Nouaceur. Le responsable a cependant nuancé les propos du ministre de l'Industrie qui prévoyait l'annonce d'un repreneur dans les 3 semaines à venir.

Par

Bombardier annonçait le 2 mai la vente de ses activités d'aérostructures au Maroc.

Dans une interview réalisée par Le360.ma, Stephen Orr, directeur de Bombardier Maroc explique ce qui adviendra de l’usine de Nouaceur et tente de rassurer face à l’interrogation suscitée par la cession des activités d’aérostructures du géant canadien, annoncée le 2 mai dernier.

à lire aussi

Bombardier ne quitte pas le Maroc ! Ce serait trop simple à dire. Aujourd’hui, nous sommes à la quatrième année du plan de redressement de la société. Deux entités uniques sont là pour consolider l’entreprise. Bombardier Transports qui fait les trains, et Bombardier Aviation créée récemment qui se concentrera sur les avions d’affaires. Pour ce faire, on a décidé de vendre nos activités d’aérostructures de Belfast et Casablanca dans l’intention de maintenir les produits de Bombardier dans les deux sites”, explique Stephen Orr dans cette  interview enregistrée dans les bureaux de l’équipementier canadien.

Les propos du patron de Bombardier Maroc font écho aux déclarations du ministre de l’Industrie lors d’une conférence de presse le 6 mai. Moulay Hafid Elalamy déclarait alors : “J’ai lu dans la presse ‘Bombardier quitte le Maroc’. C’est légitime, mais c’est faux. Bombardier cède ses activités à des sous-traitants de Bombardier pour faire des pièces de Bombardier dans les usines Bombardier au Maroc”.

Au moment d’aborder l’avenir de Bombardier Maroc, on remarque aussi que Stephen Orr a les yeux rivés sur un écran de télévision derrière son intervieweur, sur lequel on peut apercevoir un document Word (7e minute). Une opération damage control que l’entreprise souhaite manifestement bien maîtriser…

Un repreneur? “On ne sait pas dans combien de temps”

Cependant, là où les dires de Stephen Orr sont en discordance avec ceux du ministre, c’est sur le délai dans lequel un éventuel repreneur sera annoncé. Lors de sa conférence, Moulay Hafid Elalamy d’un ton assuré : “le géant français Airbus, l’Américain Spirit et l’Anglais GKN sont en lice. Les résultats de l’appel d’offres devraient être rendus publics d’ici trois semaines”.

On ne sait pas combien de temps ça va mettre pour trouver l’acheteur”, précise de son côté le patron de Bombardier Maroc dans son interview avec Le 360, invoquant un  accord de non-divulgation qui l’empêcherait de révéler les détails de la transaction. “En ce moment, je ne peux pas dire si c’est lancé ou si c’est en cours”, se contente-t-il de déclarer.

Stephen Orr explique ensuite que “vu la taille des deux sites, le processus de vente prendra le temps nécessaire pour trouver un acheteur responsable et sérieux”.

Rappelons que le patron de Bombardier Maroc était annoncé lors de la conférence de presse organisée par le ministère du Commerce et de l’Industrie le 6 mai dernier. Présent sur place, il s’est éclipsé avant le début de la conférence et des échanges avec les journalistes.

article suivant

WAC - ES Tunis : une finale aux allures de revanche

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.