Jumia au cœur d'un scandale financier à Wall Street

Jumia au cœur d'un scandale financier à Wall Street

D’après la plateforme boursière américaine Citron Research, Jumia aurait manipulé des chiffres pour bénéficier d'une meilleure introduction en bourse. La révélation de cette affaire a fait décrocher le cours de l’action de 50%, un mois après l'arrivée du spécialiste du e-commerce à Wall Street. Les activités de la filiale Maroc ne devraient pas être affectées.

Par

Crédit: Jumia

Fondée en 2012, la firme d’origine nigériane Jumia, licorne continentale dans le secteur de l’achat en ligne, est en pleine tourmente financière moins d’un mois après son introduction en bourse à Wall Street à $14.50 l’action. Première entreprise africaine cotée à Wall Street, la firme a subi de plein fouet les récentes révélations de la plateforme boursière américaine Citron Research. Cette dernière explique dans un rapport de 12 pages comment Jumia a falsifié ses chiffres pour mieux vendre ses actions. Depuis ces informations, le cours de l’action, qui avait atteint un pic à 46.99 dollars l’action le 1er mai dernier, a perdu 50% de sa valeur en moins de deux semaines pour atteindre moins de

En 18 ans de publication, Citron n’a jamais vu un scandale aussi évident que celui de Jumia”, annonce le rapport d’entrée de jeu.

Source: Citron Research

D’après le document, Jumia a majoré de 20 à 30% des chiffres concernant ses commerçants et ses clients effectifs, dans les dossiers présentés aux investisseurs en octobre 2018 et ceux présentés en avril 2019 à la Securities and Exchange Commission (SEC) qui est chargée d’étudier les entreprises avant leur introduction en bourse aux Etats-Unis. La firme aurait également retiré du dossier présenté à la SEC le fait que “41% des commandes effectuées sur Jumia étaient soit annulées, soit non livrées soit retournées”, affirme Citron Research.

Le scandale naissant ne va pas arranger les affaires de Jumia qui, sur le premier trimestre 2019, enregistrait près de 48 millions de dollars de perte malgré une forte progression de 58% de ses ventes de marchandises en volume et de 102% sur les revenus par les market places.

Juste pour remettre dans le contexte, Andrew Left, fondateur de Citron, est un spécialiste de short selling (vente à découvert, NDLR). Ce n’est pas un analyste, encore moins une banque. C’est une personne qui parie à la baisse sur les marchés de capitaux. Il est actuellement condamné à 5 ans d’interdiction de courtage pour avoir délivré des informations fausses et trompeuses à Hong Kong en 2016. Citron prend des informations et les sort de leur contexte. D’ailleurs, suite à la présentation de nos résultats trimestriels le 13 mai, les analystes et les banques ont tous fait des communiqués qui encouragent les investissements sur Jumia, je parle ici de Citigroup et Royal Bank of Canada par exemple”, nous explique Larbi Alaoui Belghiti, patron de Jumia Maroc. Il nous indique également que malgré les pertes occasionnées par le dévissage de l’action, aucune répercussion n’est à prévoir sur la filiale marocaine de Jumia.

 

article suivant

Après le sacre des Fennecs, Algériens et Marocains en communion à la frontière

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.