Rachid Guerraoui: “Le Maroc aurait beaucoup à perdre à ne pas miser sur la recherche en IA”

Depuis 2018, le Marocain expert en algorithme réparti est titulaire de la Chaire d’informatique et sciences numériques au prestigieux Collège de France. En parallèle de ses travaux, le chercheur installé à Lausanne œuvre pour la démocratisation de cette discipline. Il analyse le potentiel du royaume dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Par

DR

L’IA emportera tout sur son passage. Cette perspective peut être effrayante pour des pays non préparés au règne des algorithmes. Si les Etats-Unis et la Chine se livrent une guerre sans merci par GAFA et BATX interposés, le reste du monde observe avec des yeux de Chimène cette révolution technologique sans précédent. Pour le Maroc, comme le note le professeur Rachid Guerraoui, l’enjeu est celui de la formation. Quelques expériences fleurissent ici et là en matière d’apprentissage de l’IA, mais la nécessaire préparation du pays aux grands bouleversements à venir fait toujours défaut. Toujours est-il que l’IA, appliquée avec parcimonie dans la sphère publique, a démontré son efficacité notamment en matière de digitalisation des démarches administratives. La DGI, la conservation foncière et la direction des douanes en ont beaucoup…

article suivant

Coronavirus : “aucun cas” identifié parmi les Marocains d’Italie