Tribune: Hamid Bouchikhi veut réconcilier les Marocains avec l’impôt

La qualité d’un système fiscal dépend de la manière dont il est perçu et régi par les agents économiques, individus et entreprises. Alors que se réunissent les Assises de la fiscalité, il est utile que des non-spécialistes se mêlent d’un sujet qui les concerne en tant que citoyens et observateurs de l’économie de leur pays. L’économiste Hamid Bouchikhi le fait en tant qu’observateur aguerri.

Par

“Lorsque des promoteurs immobiliers pratiquent impunément le “30% au noir”, au vu et au su de tout le monde et des notaires, les citoyens comprennent qu’il est possible de contourner la loi fiscale.” Crédit: AIC PRESS

Cette contribution invite à une réflexion sur les moyens de réconcilier les Marocains avec la fiscalité. Au risque d’enfoncer une porte grande ouverte, il faut reconnaître que les Marocains sont fâchés avec l’impôt. Feu Hassan II l’a clairement dit en 1982, mais il réserva, alors, son constat aux riches qu’il traita de “mauvais payeurs d’impôts”.

à lire aussi

Trente-sept ans plus tard, le constat royal est toujours d’actualité, mais il ne concerne pas que les riches. Les chiffres publiés régulièrement par le ministère des Finances permettent de dire, en poussant un peu le trait, que les impôts ne sont acquittés que par ceux qui…

article suivant

Vers une pénurie de masques sanitaires au Maroc ?