Rabie El Ablaq met fin à sa grève de la faim et de l'eau

Rabie El Ablaq met fin à sa grève de la faim et de l'eau

Après plus de 40 jours, le journaliste Rabie El Ablaq, détenu du Hirak à la prison de Tanger 2, suspend sa grève de la faim et de l’eau.

Par

Nous aimons la vie, mais nous ne craignons pas la mort”. C’est par cette phrase rapportée par l’avocate Asmae El Ouadie sur sa page Facebook que le journaliste Rabie El Ablaq annonce la suspension de sa grève de faim et de l’eau. Entamée il y a plus de 40 jours pour protester contre “ses conditions d’incarcération”, sa grève inquiétait les proches du détenu du Hirak qui séjourne actuellement  à la prison de Tanger 2.

“Ce n’est pas la première fois que mon frère met fin à sa grève par cette phrase. Nous espérons qu’il la prononce pour la dernière fois, car nous ne pourrons pas en supporter davantage”, commente Abdellatif El Ablaq, inquiet, sur son compte Facebook. C’est que l’état de santé de son frère, condamné à cinq ans de prison ferme, s’était détérioré. Selon plusieurs sources concordantes, Rabie El Ablaq a été transféré le 17 avril dernier à l’hôpital de Tanger.

Dans une lettre adressée au chef du gouvernement, au ministre d’Etat chargé des Droits de l’Homme ainsi qu’à l’administration pénitentiaire, le président de l’AMDH Ahmed El Haij dénonçait la détérioration de l’état de santé d’El Ablaq qui, selon l’ONG, était “entre la vie et la mort”. “Il est sous votre responsabilité, sauvez- le”, appelait l’association.

article suivant

Demande de liberté provisoire suspendue jusqu’au 19, audience reportée au 23 septembre

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.