Production, les sans-papiers de l’audiovisuel

Sur le papier, le paysage audiovisuel marocain est strictement encadré. 
En pratique, des dizaines de pseudo-sociétés de production s’emparent des marchés, autorisation de tournage en poche… ou pas. Coup de gueule des producteurs historiques, qui dénoncent une pratique illégale et immorale.

Par

Au Maroc, aucun tournage n'est possible sans autorisation du CCM depuis les années 1980. Crédit: DR

C’est pour un casting ?”, demande un grand gaillard à l’entrée des bureaux de Videorama, leader historique de la production audiovisuelle au Maroc, avec plus de 40% de parts de marché. À l’intérieur, on croirait à une erreur de casting, justement. Les gros poissons de l’industrie sont tous là : Videorama, Sigma et Image Factory, autour d’une immense table ovale lustrée, un regard inquiet sur l’aiguille qui tourne, le portable scotché à l’oreille. Ça fait longtemps que ces rivaux de toujours n’ont pas été réunis dans une même salle, à la même heure, et pour parler d’une seule et même voix : “Y en a assez, trop c’est trop. Quelles sont les règles du jeu?” Les règles du jeu, établies par le Centre cinématographique marocain (CCM), sont pourtant claires : les autorisations de tournage — sésame pour tourner, ne serait-ce…

article suivant

Vers une pénurie de masques sanitaires au Maroc ?