L’   “Erdoganisation” d’Israël

Par Omar Saghi

Il y a quelques jours, Benjamin Netanyahu a remporté, de nouveau, les élections législatives en Israël. Ni les procureurs qui le talonnent pour soupçon de corruption, ni l’usure du pouvoir n’ont entamé sa capacité à rebondir. L’usure du pouvoir, oui, parce que Benjamin Netanyahu est en passe de battre le record de longévité politique dans l’Etat hébreu. Le détenteur du titre est, comme il se doit, le fondateur d’Israël, David Ben Gourion, Premier ministre de 1948 à 1954, puis de 1955 à 1963, soit quatorze années à la tête du gouvernement dans un régime parlementaire très instable. Benjamin Netanyahu fut Premier ministre de 1996 à 1999, puis depuis 2009 sans interruption. A quelques mois près, il va détrôner Ben Gourion. Pourquoi ces laborieuses additions ? Qu’importe la durée en politique, l’impact des actions n’est-il pas plus important ? Parce qu’il s’agit, aussi, d’une guerre symbolique implicite contre les fondateurs. Et pour mieux comprendre, il faut se pencher sur le cas d’un pays voisin, qu’on oppose un peu vite à Israël aujourd’hui, mais qui entretient avec lui d’importantes similarités : la Turquie. Comme Israël,…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés