Reprise des manifestations des enseignants "contractuels"

Reprise des manifestations des enseignants "contractuels"

Plusieurs milliers d'enseignants marocains dits "contractuels" ont défilé le 23 avril dans les rues de Rabat pour réclamer le statut de fonctionnaire au sein du ministère de l'Education, a constaté un journaliste de l'AFP.

Par

Rachid Tniouni / TelQuel

Non au démantèlement de l’école publique”, “l’intégration ou le blocage”, “non à la contractualisation”, ont notamment scandé ces enseignants du secteur public, venus de plusieurs villes du royaume.

Portant pour la plupart des blouses blanches, ils ont défilé de la place Bab el-Had vers le Parlement.

Cette manifestation marque la reprise du mouvement de protestation des enseignants dits “contractuels” après une courte accalmie, alors qu’une réunion avec le ministère de l’Education initialement prévue le 23 avril et censée aboutir à des solutions, a été annulée.

La rencontre devait être la deuxième entre les “contractuels” et le ministère depuis le lancement de leur mouvement de grève en mars, accompagné d’importantes manifestations dans plusieurs villes.

Le mouvement concerne 55.000 enseignants recrutés dès 2016 sur la base de contrats à durée déterminée (CDD) puis intégrés au sein des Académies régionales. Ils réclament le statut de fonctionnaire au ministère, gage de sécurité de l’emploi, selon eux.

La réunion prévue le 23 avril a été annulée par le ministère, qui a accusé dans un communiqué les enseignants grévistes de ne pas “honorer leurs engagements”.

Mi-avril, après une première rencontre entre les deux parties, des représentants des enseignants grévistes avaient annoncé la suspension de la grève.

Mais “certains” des enseignants n’“ont pas respecté les engagements pris par leurs représentants”, a accusé le ministère, en précisant qu’il ne poursuivrait pas le dialogue tant que les enseignants grévistes n’auront pas repris le travail.

Les enseignants, eux, ont décidé de réinvestir la rue et de poursuivre la grève. Ils reprochent au ministre de l’Education, Saïd Amzazi, de ne pas vouloir céder sur leur principale revendication, à savoir l’obtention du statut de fonctionnaire au sein du ministère.

Quelque 300.000 élèves ont pâti des absences des enseignants, selon un récent bilan officiel.

article suivant

Remaniement : En attendant les consultations, les partis sont déjà dans les starting-blocks

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.