Asmaa El Arabi: “Je pourrais coacher Saâd-Eddine El Othmani, why not ?”

DR

Smyet bak ?

Hamid.

Smyet mok ?

Souad.

Nimirou d’la carte ?

BE846351.

Cela fait plus de deux ans que vous avez lancé “The Tberguig”. Ça marche à fond sur les réseaux sociaux, vos vidéos sont vues par des milliers d’internautes. Sans fausse modestie, est-ce que ce succès ne vous monte pas à la tête ?

Pas vraiment, j’ai développé une telle relation avec mon audience qu’il est difficile pour moi de choper la grosse tête. C’est comme une famille pour moi, une représentation continue de ma vie quotidienne. Je reçois des messages vraiment touchants de personnes qui me parlent de leur divorce, de leur dépression et de leurs problèmes personnels. Je sens qu’il y a un lien entre nous et c’est réconfortant de savoir que je peux arracher un sourire à quelqu’un grâce à mes vidéos, car après tout, l’humour est fédérateur.

Et les stalkers, ils sont tous aussi bienveillants ?

Je reçois des messages d’admirateurs contrastés, mais pas creepy. Il y a même ceux qui ont des moustaches et le style qui va avec, mais ils sont inoffensifs et je me dis c’est…

article suivant

Trois questions à Nizar Baraka sur la sortie de crise