Un an plus tard, comment se porte le secteur laitier?

Dans l'industrie laitière, tout est sens dessus dessous. Un an après le boycott qui a foudroyé Centrale Danone d’avril à septembre 2018, les effets se font encore sentir sur le secteur. De l’amont à l’aval, des grandes compagnies aux petits éleveurs, l’écosystème de la filière laitière marocaine a été profondément bouleversé.

Par

CC

C’est du passé, nous ne voulons plus ouvrir ce dossier !” Interrogé lors du 19e Salon international de l’Agriculture, qui se tient actuellement à Meknès, le directeur général de la Fédération interprofessionnelle marocaine du lait (FIMALAIT) se montre intraitable. La campagne de boycott, qui a notamment touché Centrale Danone,  est encore dans toutes les têtes. Début mars, la filiale marocaine du géant Danone annonçait avoir perdu 538 millions de dirhams au cours de l’année précédente. Contacté par nos soins, Centrale Danone a préféré ne pas s’exprimer. Si le boycott a atteint son paroxysme d’avril à septembre 2018, les répliques du séisme continuent d’agiter Centrale Danone. Marquée au fer rouge par ces longs mois où son chiffre d’affaires a été divisé par deux, l’entreprise se débat pour retrouver son lustre d’antan dans…

article suivant

Polémique sur les vols spéciaux, un Paris-Fès en classe éco à plus de 10.000 dirhams