Nabil Benabdallah: “Je dénonce ceux qui n’ont qu’une idée en tête: les législatives de 2021”

TelQuel ouvre ses colonnes à des intellectuels et des experts qui appellent à libérer l’école des griffes de l’idéologie pour sauver l’avenir de notre éducation. Voici l'avis de Nabil Benabdallah, secrétaire général du PPS, membre de la majorité.

Par et

Nabil Benabdallah, secrétaire général du PPS. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

Le débat en cours sur la question linguistique, entrant dans le cadre du projet de loi-cadre sur l’éducation, est un débat qui, hélas, revient systématiquement à chaque fois que le Maroc tente de lancer une réforme de l’enseignement. Cela remonte aux années 1960, 1970, 1980, 1990, au début des années 2000 et aujourd’hui encore. C’est proprement malheureux et inacceptable. Précisons tout d’abord que ce n’est guère dans la problématique des langues que réside le mal. La réforme de l’enseignement est d’abord et avant tout une question liée à la place et au rôle que doit jouer l’école publique dans notre société. Qui dit réforme de l’enseignement dit égalité des chances en tant que principe constitutionnel. L’objectif est que, de manière effective, toutes les classes sociales aient droit à un enseignement de qualité, que…
article suivant

Vers une pénurie de masques sanitaires au Maroc ?