Portrait: Lahcen Tolfi, un juge intraitable

Portrait: Lahcen Tolfi, un juge intraitable

De l’affaire Tabit aux détenus du Hirak rifain en passant par les dossiers antiterroristes, cet homme discret est connu pour des procès majeurs, et la sévérité de ses condamnations.

Par

Yassine Toumi/TELQUEL

Le verdict est tombé. Dans la nuit du 5 avril, la Cour d’appel de Casablanca a maintenu les lourdes peines de prison prononcées à l’encontre des militants du Hirak rifain, allant jusqu’à 20 ans de prison ferme, notamment pour le leader Nasser Zafzafi. En juin 2018, la Chambre criminelle de la Cour d’appel de Casablanca avait prononcé, au bout de huit mois de procès et 85 audiences, les peines contre les 53 détenus du Hirak à la prison de Oukacha.

C’est injuste !”, “aucun espoir !”, “que Dieu leur vienne en aide !”, réagissaient les proches des détenus aux micros des journalistes. La foule, elle, scandait “vive le peuple”, “vive le Rif” ou encore “Etat corrompu”, à la sortie de la salle d’audience. Derrière ce “verdict choquant” dénoncé par l’ONG Human Rights Watch, un homme : le juge Lahcen Tolfi, qui cumule la présidence des Chambres criminelle et financière de la Cour d’appel de Casablanca.

Une passion précoce

Dans les couloirs des tribunaux, des avocats lui reconnaissent un certain professionnalisme. “C’est un homme qui...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Le Maroc mandate quatre banques pour sa levée de fonds à l'international

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.