Constitution: l'article 47, une arme électorale

A l’approche des élections législatives de 2021, l’article 47 de la Constitution fait l’objet d’une véritable passe d’armes entre défenseurs de son maintien et adeptes de sa réforme. Une révision à l’horizon ou simples ballons d’essai auprès de l’opinion publique? Que dit la loi ?

Par

Considéré comme un des principaux acquis “démocratiques” de la charte suprême, l'article 47 est au centre de convoitises partisanes visant la possibilité de former une majorité en 2021. Crédit: Tniouni

Il faut impérativement ouvrir un dialogue pour aller dans le sens d’une révision de l’article 47 de la Constitution”, appelait de ses vœux, le 22 mars dans les colonnes d’Assabah, le premier secrétaire de l’USFP, Driss Lachgar. Un aggiornamento espéré pour cet article qui dispose que “le Roi nomme le Chef du gouvernement au sein du parti politique arrivé en tête des élections des membres de la Chambre des Représentants et au vu de leurs résultats”. A l’approche des élections législatives de 2021, sa réforme fait l’objet, ces dernières semaines, d’une véritable passe d’armes. En réponse aux injonctions pour une révision, le ministre des Affaires générales et de la gouvernance, Lahcen Daoudi, ose la métaphore. Dans un entretien accordé le 16 mars à Jeune Afrique, le cador du PJD compare les défenseurs de la réforme aux “cancres…

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)