Niama El Bassunie, la globe-trader

Casablancaise, passée par Londres, Niama El Bassunie veut jeter des ponts commerciaux entre le Maroc et l’Afrique. Après de nombreux échecs, le soutien du célèbre accélérateur américain Y Combinator signe l’envol de sa startup Ways To Cap.

Par

DR

Le virus du commerce international

A 18 ans, Niama El Bassunie, pur produit de l’Ecole américaine de Casablanca, intègre l’université de Sheffield au Royaume-Uni. Elle rejoint ensuite la prestigieuse London School of Economics et finit par être embauchée chez Price Waterhouse Cooper. Mais après quatre années passées dans le cabinet de conseil, Niama El Bassunie se sent soudain à l’étroit. Le cosmopolitisme de la capitale britannique ne lui suffit plus. Elle veut voir le monde de plus près, le toucher du doigt. Alors, quand en 2007 un ami lui propose de créer une société de taxis fonctionnant au bio-carburant, elle se lance sans réfléchir. Quelques semaines plus tard, la voici en train de se frayer un chemin dans les artères populeuses du Caire, à la recherche de vendeurs d’huile usagée. En Égypte, le pays d’origine de son père, elle s’initie aux rudiments du…

article suivant

Le doctorat fait-il encore rêver ? Regards croisés entre le Maroc et la France