Le Maroc et la BID scellent un nouveau partenariat pour développer les chaines de valeur

Le Maroc et la BID scellent un nouveau partenariat pour développer les chaines de valeur

Le Maroc et le groupe de la Banque islamique du Développement (BID) ont conclu aujourd'hui à Marrakech un nouveau partenariat pour la période 2019-2022. Son objectif ? Soutenir le Royaume dans le développement des chaines de valeur dans les secteurs économiques.

Par

MAP

Alors que les objectifs de la première convention-cadre couvrant la période 2013-2016 ont été atteints, le Maroc et le groupe de la Banque islamique de développement (BID) ont scellé un accord pour une deuxième convention portant sur la période 2019-2022. L’annonce a été faite ce jeudi à Marrakech par le ministre de l’Economie, Mohamed Benchaaboun, en marge de la 44e réunion annuelle de cette institution. L’argentier du Royaume est également le président du Conseil des gouverneurs de la BID.

A travers ce partenariat, le Maroc et la BID souhaitent renforcer leur coopération “en faveur du développement des chaines de valeur dans les secteurs économiques marocains”, a indiqué Mohamed Benchaaboun lors d’un point de presse. Cette nouvelle convention-cadre devrait permettre de “réaliser une croissance inclusive dans laquelle le secteur privé joue le rôle de locomotive”, poursuit le ministre des Finances.

Plusieurs conventions ayant pour ambition d’appuyer la création d’activités génératrices de revenus seront signées par les deux parties. Elles viseront également à “promouvoir le monde rural”, “soutenir la phase III de l’initiative nationale pour le développement humain (INDH)”, et “encourager l’éducation fondamentale”, a déclaré Mohamed Benchaaboun sans donner plus de détails sur le montant global de ce nouveau partenariat.

De son côté, le président de la BID, Bandar Hajjar, a insisté sur la réussite de la première convention-cadre pour la période 2013-2016. “Ce partenariat fut un succès vu le taux de réalisation des différents projets qui s’élève à 115% profitant d’une enveloppe globale de 2,77 milliards de dollars”, a-t-il déclaré le 5 avril lors de son allocution d’ouverture de la 44e réunion annuelle de la BID. À travers la deuxième convention, poursuit-il, le Groupe de la BID veillera “au développement des chaines de valeur dans les secteurs-clés de l’économie marocaine, notamment l’aquaculture, étant un secteur prometteur, à forte valeur ajoutée et de création d’emploi”.

article suivant

À Bahreïn, Kushner présente un plan qui occulte l'essentiel

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.