Diplomatie religieuse: dans les coulisses de la visite du pape François

À Rabat, le roi Mohammed VI et le pape François se sont érigés en grands artisans de la coexistence religieuse, rempart aux radicalismes. Une visite scrutée et suivie par toute une communauté de fidèles. Et l’occasion pour le Commandeur des croyants d’affirmer son soft power religieux.

Par et

TELQUEL

C’est dimanche, jour de messe. La plupart sont arrivés au petit matin. Les regards sont fatigués mais exaltés, un peu embués pour certains. On a préparé les sandwichs, apporté un drapeau du pays, on s’est endimanché. D’aucuns réalisent qu’ils n’assisteront plus à un tel moment dans leur vie. Aujourd’hui, c’est le pape François qui dirige la liturgie. En visite au Maroc du 30 au 31 mars, à l’invitation de Mohammed VI, sa venue est singulière et le message fort pour les deux chefs religieux. En tant que Commandeur des croyants, le roi du Maroc bénéficie d’une légitimité et d’une autorité spirituelle aussi bien dans le royaume qu’en Afrique. De son côté, le pape François sait que le Maroc est devenu un pays d’accueil et de transit pour des chrétiens d’origine subsaharienne, un vivier de…

article suivant

Reprise des cours en présentiel : le débat qui agite la rentrée scolaire