Ressusciter Tioumliline

Ressusciter Tioumliline

Par Omar Saghi

Emmanuel Levinas, Louis Massignon, Mehdi Ben Barka, Hassan II alors prince héritier, François Mauriac… imaginons ces grands noms de la philosophie, de l’anthropologie, du roman moderne, de la politique, en discussion. Imaginons-les en débat en plein milieu du Moyen-Atlas, sous les cèdres. Fantaisie ? Détrompez-vous. Entre 1956 et 1966, le monastère bénédictin de Tioumliline, dans la région d’Azrou, fut le lieu d’une utopie platonicienne incarnée. Des rencontres pluridisciplinaires y furent organisées, annuellement, sans aucune contrainte autre que la libre parole et la libre écoute, alors que le monde vivait la renaissance des pays colonisés, la remise en cause de l’hégémonie occidentale et le triomphe des sciences humaines.

L’expérience s’arrêta brusquement, en 1966. Le tournant autoritaire du nouveau règne ne supportait plus ces marges de liberté. Hassan II n’était plus le prince Moulay El Hassan. Ce qui fut probablement le premier think tank Nord-Sud ferma ses portes. Le bâtiment tombe aujourd’hui en ruines, comme sont en ruines les idées qu’il porta lors de ces années 1950. Avec le recul pourtant, on ne peut que s’étonner de la préscience des promoteurs de ces...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Benchamach vs journalistes : retour sur l'affaire qui mine la presse

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.