Liste grise, le Maroc voit rouge

Liste grise, le Maroc voit rouge

Le Maroc a certes échappé à la liste noire des paradis fiscaux que publie annuellement l’Union européenne, mais son maintien dans la liste grise ne passe pas. Pour nos officiels, l’approche adoptée ne rend pas justice à la solidité des liens 
de coopération entre le Maroc et l’UE.

Par

RACHID TNIOUNI/TELQUEL

Pour la seconde année consécutive, le Maroc est maintenu par l’UE sur la liste grise des paradis fiscaux avec 34 autres pays. On reproche notamment au royaume de mener une politique fiscale basée sur des zones préférentielles, telles que les zones franches (ZF), pouvant être considérées comme des espaces de concurrence déloyale. Ces périmètres d’activité industrielle prévoient une exonération d’impôts sur les sociétés pendant les 5 premières années d’exploitation, puis une imposition à 8,75% sur les 20 années suivantes.

Le placement du Maroc dans la liste grise par l’UE remet en question l’ADN même d’une économie marocaine ayant, depuis deux décennies, conditionné son attractivité à une fiscalité clémente. Pris entre le marteau et l’enclume, le royaume se retrouve devant la nécessité de se conformer aux normes fiscales internationales, mais avec le risque d’y sacrifier des emplois et de perdre une part de sa souveraineté.

Les risques d’un Maroc gris

“Le Maroc peut pâtir fortement de son placement sur liste grise. L’UE pourrait limiter les partenariats avec le royaume et y restreindre ses investissements”

Mehdi Fakir, économiste

Le Maroc peut...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Semenya accuse la FRMA d'avoir saboté sa participation au 800m de Rabat

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.