Le ciel sous nos pas: le prix de la vérité

Parution. Finaliste du prix France Télévisions, le premier roman de Leïla Bahsaïn évoque, mieux qu’une critique sociale, un secret de famille.

Par

Place de la Dame Libre, dans une petite ville non loin de Sebta, dans une petite maison au-dessus d’une échoppe, une toute jeune fille vit avec “mère officielle” et Tifa. Mère officielle est mule et ramène des marchandises de contrebande qu’elle écoule avec méthode et intransigeance. “Comme moi, Tifa est la fille de mère officielle mais je ne peux pas dire que Tifa soit ma sœur. Pour de vrai.

Le ciel sous nos pas, 
Leïla Bahsaïn
, Albin Michel, 240 p., 220 DHCrédit: DR

L’adolescente vit ses premiers émois amoureux et ses premières virées, qu’elle partage avec son amie et complice Kenza. Elle assiste au mariage de Tifa avec Zimigri et à son départ pour “le beau nombril du monde”. À la mort de mère officielle, elle la rejoint en France et y découvre un monde plus dur et plus rétrograde que celui qu’elle connaissait.

Style discutable

“Tout se paye”

article suivant

Le doctorat fait-il encore rêver ? Regards croisés entre le Maroc et la France