L'armée de Gaïd Salah, juge de paix ou atout du "système" ?

L'armée de Gaïd Salah, juge de paix ou atout du "système" ?

Après quatre semaines de mobilisation en Algérie contre le “système”, le scénario d'un dénouement apparait aussi flou et volatile que les déclarations du général Gaïd Salah, voix et visage de l’armée algérienne qui est amenée à choisir : supportera-t-elle son président ou basculera-t-elle du côté des manifestants ? 

Par

Des manifestants algériens se protègent derrière des barrières de fortune contre l’assaut des forces de l’ordre, le 1er mars à Alger. Le chef d’état-major de l’armée, Ahmed Gaid Salah, a averti que celle-ci serait la garante de la “sécurité” et la “stabilité”. Crédits : RYAD KRAMDI / AFP Crédit: RYAD KRAMDI / AFP

Dans une Algérie mobilisée pour “la chute du système” depuis quatre semaines, l’armée nationale populaire (ANP) loue “son appartenance à ce peuple brave et authentique”. Pourtant, au lendemain du 22 février, date du lancement du mot d’ordre de la première marche contestataire en Algérie, son chef d’état-major, le général Gaïd Salah, vilipendait les manifestants, mettant en garde contre des appels  poussant des Algériens “égarés” vers des sentiers “douteux et peu sûrs”. Il avait également averti ceux qui “veulent ramener” le pays vers la décennie noire, marquée par la guerre civile, en rappelant que l’armée restait le “garant de la stabilité et de la sécurité” et était “engagée à garantir” la sécurité de la présidentielle.

Retournement de veste ou dédramatisation ? Depuis le début du mouvement, celui qui est devenu le visage et la voix du pouvoir jongle prudemment avec les mots, enchaînant les messages confus : tantôt menaçant, tantôt pacificateur, mais toujours prudent. “L’armée détient la solution, mais pas Gaïd Salah à lui seul. Je vois dans sa réticence une peur de perdre sa place dans l’appareil militaire, s’il décide de...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Semenya accuse la FRMA d'avoir saboté sa participation au 800m de Rabat

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.