Zakaria Boualem et nos voisins algériens

Par Réda Allali

Le film algérien n’est pas fini, les amis. Zakaria Boualem est toujours en poste, scotché devant l’écran et prêt à vous rapporter ici même les nouvelles aventures de nos voisins. Comme vous le savez, le président a annoncé qu’il ne se représenterait pas pour un cinquième mandat, vu son grand âge et son état de santé. Il a même précisé qu’il n’en avait jamais été question. Il y avait donc un funeste malentendu, une terrible méprise, car c’est précisément pour cette raison que des millions d’Algériens ont envahi la rue sans vergogne. Ils n’avaient donc rien compris, les bougres, et c’est bien la démonstration éclatante du faible degré de conscience politique de ce peuple. Mais cela n’a pas suffi à les calmer : ils refusent à présent l’idée d’un report des élections pour “réformer le système politique et élaborer une nouvelle constitution”. Une noble mission que le président s’est assignée tout seul, preuve qu’il ne ménage pas ses efforts pour satisfaire son peuple. Mais au lieu de rentrer tranquillement chez eux pour laisser travailler les “gens qui savent”, les manifestants…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés