Classe moyenne, la peur du déclassement

Classe moyenne, la peur du déclassement

Prise en tenaille entre fins de mois difficiles et besoin de s’affirmer socialement, la classe moyenne est engluée dans une situation financière où elle doit s’endetter pour accéder au confort désiré.

Par et

Telquel

Cherté de la vie, effritement du pouvoir d’achat, vie à crédit, pression fiscale, coût de l’enseignement privé et de la santé privée… la litanie des complaintes de la classe moyenne est longue. “Je suis divorcée avec deux enfants à charge, en âge de rentrer en maternelle. Je m’en occupe seule car leur père les a abandonnés et ne me verse aucune pension. Je travaille dans le secteur bancaire et touche un salaire de 15.000 dirhams alors que j’ai un bac + 5 en management, soupire Sarah*, 36 ans, cadre bancaire. Je paie 7000 dirhams d’école privée, soit 3500 dirhams par enfant. La traite de mon appartement est de 1000 dirhams. Mon salaire est donc englouti juste avec les charges fixes.”

“La classe moyenne a un niveau d’incertitude élevé”

Larabi Jaidi, économiste

Comme elle, de nombreux cadres supérieurs dont TelQuel a recueilli les témoignages se plaignent de cette vie sur le fil. S’ils parviennent encore à parer à leurs charges immédiates, la plupart éprouvent de la peur quant à leur avenir et celui de leurs enfants. Cette crainte a...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Patrick Drahi rachète la maison de vente aux enchères Sotheby's

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.