Il suffira d’une étincelle

Par Aicha Akalay

Cette pauvre Algérie n’en finit pas de plonger dans la misère et le ridicule. C’est un cirque animé par un ventriloque caché derrière le rideau, le sieur Saïd Bouteflika, qui fait parler sa marionnette, le président Bouteflika. […] C’est à hurler !”. Il y a quatre mois, l’écrivain Boualem Sansal exprimait sa rage dans nos pages (TelQuel n°833).

“Si l’étincelle a été la candidature à un cinquième mandat de Bouteflika, personne n’avait prédit ce basculement”

Aîcha Akalay
Aujourd’hui, des dizaines de milliers d’Algériens hurlent avec lui dans les rues de la république. Une seule revendication: le départ du patient genevois. Las d’être dirigé par un président dont le dernier discours remonte à 2012, le peuple s’est révolté. Si l’étincelle a été la candidature à un cinquième mandat de Bouteflika, personne n’avait prédit ce basculement. Les conditions de l’embrasement étaient réunies, diront tous les analystes. Chômage, crise économique, rente pétrolière, autoritarisme, etc. Rien de neuf depuis des années, et surtout pas assez pour réveiller les révoltés. Il a fallu piquer les Algériens dans leur fierté pour que le régime que tout…

article suivant

Cheikha Nur : “Nous nous éloignons de l'essence de l'islam”