Liberté religieuse et droit des migrants: le plaidoyer des évêques avant la visite du Pape

Liberté religieuse et droit des migrants: le plaidoyer des évêques avant la visite du Pape

Quelques semaines avant la visite du Pape François au Maroc, les 30 et 31 mars, les archevêques du Maroc se sont livrés à la presse, insistant sur la liberté religieuse et le droit des personnes migrantes. Un discours inédit.

Par

Conférence de presse à Casablanca dédiée à la présentation de la visite du Pape François au Maroc, les 30 et 31 mars Crédit: MAP

C’est un véritable plaidoyer pour la liberté religieuse que les évêques du Maroc ont mené, mardi 5 mars, lors d’un point presse en amont de la visite du pape François, les 30 et 31 mars.

“Nous sommes en tant que chrétiens, catholiques, très reconnaissants de jouir d’une liberté de culte pleine mais nous serions contents si le peuple marocain pouvait jouir de toutes les libertés dont la liberté de conscience”, a déclaré l’évêque de Rabat, Mgr Cristobal Lopez Romero, entre les murs de l’Eglise Notre Dame de Lourdes à Casablanca.

Cette question “dépend des conversations entre le Royaume et le Vatican, mais cela dépend aussi de l’ouverture de la société marocaine”, a-t-il insisté.  “Je voudrais que (…) nous, les chrétiens, puissions devenir Marocains sans changer notre religion : nous voudrions renouer avec cette tradition”.

Le sujet des marocains chrétiens a été qualifié “d’épineux” par Mgr Cristobal Lopez Romero : “Nous n’avons pas de chrétiens marocains dans notre communauté. Enfin, trois ou quatre…” , invitant “tout le peuple marocain” à la visite papale, “occasion unique” de montrer “que nous valorisons plus ce qui nous unit que ce qui nous divise”.

En jeu, le droit des migrants 

Autre préoccupation au coeur des conversations : le droit des “personnes migrantes”. L’évêque de Tanger, Santiago Angelo Martinez a insisté : “Ma plus grande préoccupation (…), c’est le respect des droits des migrants : nous perdons parfois espoir et j’espère que la visite du pape apportera du progrès sur cette question”.

“Ca concerne tout le monde, y compris le Maroc: les migrants n’ont de défense juridique de leurs droits” alors que ”ce sont des personnes, pas des animaux”, a-t-il souligné avec force. “Les refoulements de l’été dernier se sont faits avec beaucoup de violences, dans les cités, dans les forêts et ce n’est pas tolérable”, a-t-il dit, faisant référence à la politique dite de “réinstallation” des autorités qui déplacent régulièrement les migrants vers le sud du pays. Selon le ministère de l’Intérieur, il s’agit de “réinstaller les migrants loin du danger” et cela se fait “dans le respect total de leur dignité et des lois”.

La communauté chrétienne du Maroc est estimée entre 30 et 35 000 fidèles, dont “entre 50 et 70%” ont quitté le sud du Sahara pour le Maroc afin d’y travailler, étudier ou de tenter de gagner le continent européen.

La visite du Pape François “sera différente de celle de Jean-Paul II au Maroc en 1985”, ont affirmé les archevêques, comparant la différence “de style” entre Mohammed VI et Hassan II et le Pape François et Jean-Paul II.

Avec AFP

article suivant

Six pépites de mauvaise gouvernance glanées dans le dernier rapport de la Cour des Comptes

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.