"Al Moutmir", quand OCP livre à domicile des engrais sur mesure

"Al Moutmir", quand OCP livre à domicile des engrais sur mesure

L'OCP veut initier les agriculteurs marocains à la bonne pratique de la fertilisation. "Al Moutmir", c'est le nom du dispositif qui sillonne les régions pour apprendre aux paysans à sélectionner leur engrais selon la qualité de leur sol.

Par

Les agriculteurs devant le Smart Blender

L’agriculture nationale serait beaucoup plus productive si les paysans apprenaient à utiliser l’engrais à bon escient. C’est l’idée que défend le géant marocain du phosphate qui a mis sur pied, et sur roue, un dispositif itinérant nommé « Al Moutmir » visant à améliorer le rendement agricole des petits paysans. Allant de région en région, ce programme propose aux agriculteurs d’analyser la composition de leur culture pour leur proposer un engrais sur mesure. Cette semaine, le dispositif achevait sa cinquième et dernière étape dans la petite localité de Guemassa, à une heure de route de Marrakech.

À midi, le soleil est à son apogée quand les premiers cultivateurs franchissent l’enceinte bâchée du dispositif « Al Moutmir ». On n’a pas de mal à les repérer car ils arrivent en groupe, portant des jellabas courtes et des sandales couvertes de terre. Ils avancent lentement et parlent à peine. Ils entrent sous une tente. Assis derrière un comptoir, un guichetier, en échange de leur nom, leur donne un badge à mettre autour du cou, ainsi qu’un sac en toile de jute frappé du sigle OCP. À l’intérieur, ils trouvent un fascicule expliquant les méthodes de culture de la tomate ou du citron, mais surtout une casquette promotionnelle qu’ils s’empressent tous de visser sur leur tête.

« C’est le laboratoire »

Puis ils pénètrent sous un chapiteau climatisé et s’amassent autour d’un grand carré découpé dans le plancher et rempli de terre, “tourba” comme ils l’appellent. Là, ils reçoivent chacun un casque audio pour écouter les recommandations, comme dans un musée. Celui qui les donne est un instructeur-agronome qui, un micro en serre-tête, se tient au beau milieu de la zone en terre. Il leur parle des méthodes de prélèvement de la terre, dans quelles zones du champ et de quelles façons ils doivent en prélever un échantillon. Les paysans, leur sac en toile de jute à la main, formant un demi-cercle autour de l’instructeur, le regardent fixement. Pas un ne bouge, et quand ce dernier s’empare d’une tarière à prélèvement pour leur montrer comment l’enfoncer dans le sol pour en retirer l’ humus, leurs yeux, en suivant l’outil métallique, vont méthodiquement de haut en bas puis de bas en haut.

« Suivez-moi », dit l’instructeur-agronome. Et la masse s’ébranle docilement en direction d’un préfabriqué, juché en haut d’un escalier, et qui occupe tout l’espace central. Ils passent la porte un à un, et les voilà bientôt un peu à l’étroit dans ce lieu exigu qui sent la moisissure. Sur la paillasse qui court le long des murs, des bocaux étiquetés, des flacons gradués, des éprouvettes au fond desquelles baigne un liquide jaunâtre. Dans un coin, des assiettes numérotées, remplies d’un humus sombre, presque noir, attendent d’être examinées. Deux scientifiques, en blouse blanche avec logo OCP, s’agitent d’un bout à l’autre de la salle, visiblement très affairés. « C’est le laboratoire, explique l’agronome, c’est ici que nous analyserons la composition de vos sols. Ensuite, nous vous donnerons la feuille contenant les résultats. » Sous leur casquette, les paysans, avec une déférence mêlée d’incrédulité, observent le travail des scientifiques sans rien dire.

Pour cet agriculteur en revanche, l’heure est venue de parler. Il tient dans la main la feuille de résultats des analyses de son sol, toute griffonnée de mots et de chiffres énigmatiques. Un de ses amis l’accompagne. Non loin du préfabriqué, une zone a été aménagée pour les rencontres. Le paysan et son ami y prennent place, bientôt rejoints par un agronome. Il demande le résultat des analyses et y jette un bref coup d’oeil, tout comme un médecin regarde une fiche de soin. Puis il pose la feuille à plat sur la table et abat soudain son index sur un graphique où montent des barres bleue, jaune, rouge, verte.

« — Tu vois, c’est comme pour la batterie du portable. Quand la barre est longue, c’est bien. Quand elle est courte, c’est qu’il te manque quelque chose. Ici, par exemple, la barre est courte, ça signifie que ton sol a besoin d’azote.

 — Ah. 

— Et tu les traites comment, tes cultures ? 

— Avec du fumier de bovin. 

— Le fumier, c’est bien. Ça nourrit les petits vers qui circulent sous la terre. S’ils sont repus, ils laissent tes plantes tranquilles. Mais il faut nourrir tes plantes aussi. C’est pour ça qu’il faut y mettre aussi de l’engrais. Les deux à la fois, tu comprends? »

Changer les habitudes

L’engrais, il faut aller le chercher au  « Smart Blender » (“Mélangeur intelligent” en français, ndlr), l’énorme machine située juste à l’entrée du dispositif « Al Moutmir ». “Intelligent”, parce que la machine est dotée d’un logiciel, de conception marocaine, sachant doser les granulés selon la quantité souhaitée. Les granulés sont de trois familles (azote, phosphore et potassium) qui ont chacun une action spécifique sur les végétaux. Ils forment trois tas, contenus dans de grands entonnoirs, sous lesquels glisse mécaniquement un sac tissé. L’agriculteur remet sa feuille d’analyses au technicien de l’OCP, qui se charge ensuite d’entrer le dosage idéal dans le logiciel. Enfin, le Smart Blender remplit le sac de granulés et le paysan rentre chez lui avec son engrais sur mesure.

« Nous voulons aider les agriculteurs à rationaliser l’utilisation qu’ils font des engrais, clame Jamila Adani, responsable du programme « Al Moutmir » à l’OCP. Le référentiel scientifique est là, prêt à servir. Maintenant, il faut que le million et demi de fermiers marocains puissent en bénéficier. » Selon elle, le rendement des cultures s’en trouverait décuplé si ces deniers apprenaient à traiter leurs cultures avec le fertilisant adéquat. « Car aujourd’hui, les agriculteurs choisissent leur engrais en fonction de leurs habitudes. Ils vont chez le revendeur et lui disent: ‘Donne moi le sachet jaune’ sans savoir de quoi il est composé, seulement parce que c’est celui qu’ils achètent depuis toujours. »

Les paysans ne seront pas livrés à eux-mêmes une fois que le dispositif sera parti. Dans les régions où la caravane est passé, le groupe laisse derrière lui des agronomes qui opéreront le suivi auprès des agriculteurs. L’un d’entre eux nous assure qu’ils appellent tous les jours ceux qui ont bénéficié du programme pour de les conseiller et surveiller le rendement de leurs terres. Depuis le coup de départ de la caravane « Al Moutmir » en septembre 2018, l’OCP a pris en charge quelque 2.000 agriculteurs et procédé à autant d’analyses de sol. Au total, le Maroc compte un million et demi de paysans.

article suivant

Affaire Adil El Miloudi : Chada TV sanctionnée par le CSCA

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.