M’dina Bus: Terminus, tout le monde descend

Après 15 ans de collaboration, le conseil de la ville de Casablanca a décidé, le 5 février, 
de mettre fin au contrat de la société de transport M'dina Bus. Retour sur ce divorce houleux.

Par

L'état de la flotte actuelle est déplorable et porte atteinte à la sécurité des citoyens. Crédit: Toumi

Des véhicules vétustes, des pots d’échappement qui expirent du gaz suffoquant et des accidents de plus en plus récurrents, tels sont les images qui traversent les esprits des Casablancais lorsque l’on évoque le transport en commun par bus. Le coupable ? M’dina Bus qui a croulé sous un déluge de critiques, avant de voir son contrat, conclu en 2004 avec le conseil de la ville, résilié. Le 5 février, l’Établissement de coopération intercommunale (ECI) “Al Baïda” a réuni les représentants de ses 18 communes pour prendre la première grande décision de son histoire. Il s’agit de la résiliation du contrat le liant à M’dina Bus, un groupement composé de sociétés marocaines et de la RATP, opérateur de référence du transport public urbain en région parisienne.

L’ECI aux abois

Il s’agit d’une décision évidente, prise suite à la constatation de l’état actuel des véhicules, mais également aux…

article suivant

De l’Arabie saoudite au Maroc, les violences faites aux femmes parlementaires