Fisc: la guerre contre le cash est déclarée

La Loi de Finances 2019 a limité l’utilisation de l’argent liquide par les entreprises à 5000 dirhams par jour et par fournisseur. Pour autant, cette disposition ne suffira sans doute pas à endiguer l’argent noir et l’informel.

Par

Face à l'élan de solidarité des grandes entreprises pour contribuer au fonds spécial pour lutter contre le coronavirus lancé par le roi Mohammed VI, la possibilité de faire des dons est désormais ouverte à tous. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

Quelques jours après la publication de la Loi de Finances 2019 au Bulletin Officiel, la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) se félicitait déjà des concessions qu’elle a pu obtenir de la part du gouvernement. Parmi celles-ci, la marche arrière sur la non-déductibilité fiscale de tout paiement en espèces. Proposée dans la première mouture du Projet de Loi de finances (PLF), cette disposition se fixait comme objectif de contraindre les entreprises à régler toutes leurs transactions avec les fournisseurs par “chèque barré non endossable, effet de commerce, moyen magnétique de paiement, virement bancaire, procédé électronique ou par compensation”. Lors d’une conférence de presse tenue, le 24 décembre dernier, par l’organisation patronale, le président de la commission de la fiscalité et du régime de change, Mohamed Hdid, a ainsi rappelé que la CGEM a pu négocier un abaissement du montant maximum du règlement…

article suivant

Reprise des cours en présentiel : le débat qui agite la rentrée scolaire